Prévisions pour 2010

On avait prédit 2009 l’année de l’internet mobile et cela s’est plutôt vérifié. 2010 sera surement l’année de la géolocalisation et du livre numérique à mon avis. Voici mes quelques prévisions pour les 10 mois à venir en terme de services web, social media et high tech.

Après les grosses annonces High-Tech, que sont le Nexus One de Google et l’iPad d’Apple, voici de quoi l’année sera faite selon moi.

Mobile

Cette année Android va prendre sa revanche sur l’iPhone. En effet, l’OS libre de Google a souvent été décrié comme non-mature, pas assez développé, avec trop peu d’applications… Je ne pense pas que ce soit Android qui soit la cause de son “pauvre départ”, mais plutôt les mobiles qui n’ont pas été à la hauteur d’un iPhone-killer. Mais cette période est révolue. Android compte une dizaine de smartphones à son effigie dès ce début d’année et pas des moindre. Personnellement, je pense que mon Hero fait le poids contre l’iPhone, mis à part pour le nombre des applications, mais ce chiffre étant proportionnels au déploiement  d’Android, il ne cessera d’augmenter dans les mois qui viennent.

De plus, on devrait voir arriver le 5 janvier (mardi prochain), la mise en vente du Googlephone, le vrai, le Nexus One. Mobile testé par bon nombre de développeurs de chez Google durant ces dernières semaines et qui a bouleversé toutes la blogosphère par la même occasion. Il sera apparemment vendu un peu plus de 500$ sur un site de Google et d’après les premiers tests, ce serait, le tant attendu iPhone killer. Fluide, ergonomique, exploitant tout le potentiel d’Android.

Lancé début Janvier, le Nexus One de Google a su lancer un pavé dans la marre par son esthetisme et son ergonomie. Il a ainsi légitimé le système Android qui devient un le plus sérieux concurrent de l’iPhone OS.

Le MWC à Barcelone l’a montré. Les discussion autour du mobile sont à 80% en rapport avec le software. On ne parle plus autant de capacité de mémoire, de capteur optique mais plutôt d’écosystème. Windows vient de sortir Windows 7 Phone Series, Nokia se tourne vers un OS libre avec Maemo, Lg et Samsung testent Android… rien à dire, les téléphones sans écosystèmes sont bientôt morts.

2010 sera selon moi l’année d’Android, ou les forces vont se rééquilibrer, mais ils y aura des perdants. Le système Symbian de Nokia  n’a pas l’air de tenir la cadence. Blackberry qui pourtant possède une bonne base d’utilisateurs et d’applications est le premier visé par tous ses smartphones grand publics, arrivera-t-il à tenir son avance sur le marché professionnel ? Pas si sur.

http://www.dailymotion.com/swf/xbp2ez

Livre Electronique

Si le Kindle a été LE cadeau qu’il fallait offrir à Noël aux USA, il va sans dire qu’Amazon a joué un très bon coup en proposant son Kindle Store à la manière d’Itunes Store. Mais la concurrence sera rude et de très nombreux livres numériques ont été lancés depuis. Mais pour l’instant pas de réel concurrents. En fait, le très très gros devait venir de chez Apple… enfin c’est ce qu’on pensait.

Au final, l’iPad est plutôt décevant. Il proposera effectivement une bibliothèque ou l’on pourra acheter ses livres, mais niveau confort de lecture on repassera (retro-éclairage oblige). Alors sans réel concurrent pour le moment, le Kindle risque de faire son chemin tout seul. En attendant, les concurrent vont très certainement arrivés et peut être que Noel prochain sera celui des e-books en France. Enfin, à condition qu’il y ait suffisamment d’ouvrage numérisés francophone.

Facebook

Un point sur Facebook a lui tout seul. Oui Facebook devra avoir une actualité assez intéressante cette année. En effet, beaucoup de prédictions fusent sur le plus gros réseaux social du monde.

Tout d’abords, on peut penser au rachat de Friendfeed par Facebook. Aujourd’hui, les équipes de Friendfeed ont intégré le réseau social. On peut estimer que Facebook, qui a déjà commencé (avec le “Like” par ex.), intégrera de plus en plus de fonctionnalités dignes de Friendfeed. A quoi ressemblera Facebook demain, c’est une grande question, mais il sera sur qu’il y aura un peu de Friendfeed dedans.

Tout comme le point suivant le détaille, la géolocalisation sera un phénomène de l’année 2010, et Facebook est le mieux placé pour ca. Inutile de dire que son implantation sur les mobiles est telle, que la force de frappe de ce dernier va le propulser dans les premiers services de géolocalisation.

Enfin, et on en parle depuis quelques temps déjà, Facebook va surement proposé un système de paiement. Le 18 février dernier, Facebook a annoncé un partenariat avec Paypal pour intégrer le banquier virtuel du sein du réseau et permettre de dépenser rapidement et facilement ses deniers dans la publicité, les goodies virtuels etc. Mais Facebook créera sans doute son propre système. Surement une sorte de banque au sein du réseau, alimentée par CB ou Paypal, histoire de renflouer les comptes de la société par les achats compulsifs de cadeaux virtuels idiot …

Géolocalisation

Alors que Foursquare, petit nouveau,  a su rendre la géolocalisation ludique, sociale et utile, on estime que 2010 sera l’année qui concernera les sites de géolocalisation. A l’heure actuelle, on estime le site de partage d’information géolocalisée à plus de 130 000 utilisateurs francais.

Alors que Twitter incorpore la géolocalisation (même si cela ne marche pas très bien pour le moment), que Facebook souhaite le faire et que Google, via Latitude et Buzz s’en charge aussi… rien à dire, 2010 sera l’année de la géolocalisation ou ne sera pas.

Google a récemment souhaité acheter Yelp, le site de recommandation de lieux, pour un montant de 500 millions de dollars. On va donc rapidement voir associer les informations de toutes sortes, les recommandations etc. sur les cartes de nos mobiles.

Layar Browser est par exemple, le premier navigateur à réalité augmentée qui vous affiche des informations en fonction de la position ou vous vous trouvez et ce que vous filmez.

Vidéo pour tous ?

3G+ et Camera intégrée sur tous les mobiles… La vidéo provenant du mobile va surement se développer. On filme avec son téléphone, on envoie. Tout comme pour les photos qu’on met sur Facebook ou Twipic, l’heure de la video arrivera bientot, et pourquoi pas cette année ?

Ustream, le principal site de streaming vidéo live grossit à vue d’œil. Les chiffres le prouve et l’augmentation constante de contenu officiels en font une place importante pour la publicité. Il a su s’imposer sur un marché en plein expansion. Le matériel pour la vidéo ne coutant plus grand chose, la vidéo sur mobile étant de simple à partager, les sites de streaming video live vont surement

Les gens se montrent de plus en plus en vidéo… suffit de voir Chatroulette 😉

Google Buzz : la méthode Gtalk mais attention à la confidentialité

Dire que c’est le Buzz du moment serait un jeu de mot bien pourri, mais aussi un doux euphémisme. Si vous aussi vous n’avez rien compris au titre de ce post, lisez la suite.


Google a lancé Buzz, son micro-blogging-wave-messaging… interne à Gmail il y a maintenant quelques jours. Il a eut bon nombres de critiques, surtout du à la confidentialité qui se sont soldées, apparemment, par des plaintes. En effet, depuis Google Buzz, votre Google Profile sert enfin à quelque chose (oui, personne ne s’en servait, c’est à peine si les gens étaient au courant de son existence).

Bref, contrairement à ceux qui pensent que Wave est mort, voici Buzz, je dirais plutot :  Jaiku est mort (et en vente), voici Buzz.

Vous souvenez-vous de l’histoire de Gtalk  ? A sa sortie, Google souhaitait lancer son Instant Messenger pour concurrencer MSN, AIM et autres… L’histoire a montré que ca ne marchait pas. Google n’avait cette fois-ci pas réussi a lancer son produit et Gtalk bien que léger, n’a pas réussi a percer. Alors l’idée tout simple fut d’intégrer Gtalk dans le meilleur produit de Google, après Search, c’est à dire Gmail. Et la, aujourd’hui, plus personne ne peut s’en passer.

Fin 2007, Google rachète le finlandais Jaiku, concurrent de Twitter  pour proposer lui aussi du micro-blogging. Encore une fois, c’est un échec (ca arrive plus souvent qu’on ne le croit). Twitter a pris la tête et y restera avec aussi près de 75 millions d’utilisateurs.

Google a donc encore une idée ingénieuse. Et pourquoi on ne ferait pas la même chose que pour Gtalk ? Si on créait un micro-blogging dans Gmail ? Gmail cartonne, les gens ont leur amis et leur correspondants pro dans Gmail, on peut arriver à faire un Twitter-like sans même que les gens ait besoin de recréer leur réseau ! C’est la poule aux oeufs d’or !

Et voici Buzz

Buzz, c’est entre Facebook et Twitter. Vous avez un réseau – plus ou moins – choisi et vous pouvez discuter et partager avec eux. Et justement c’est le 2e point dont je voulais parler. Attention à la confidentialité. En effet, Buzz donne l’impression d’être sur Facebook, dans un réseau fermé et non accessible alors qu’en fait… tout est public ! Vous “êtes sur Twitter, mais que avec vos contacts”. Entre les deux, et ca c’est dangereux si vous n’y faites pas attention.

On estime a l’heure actuelle que Buzz compterait 145 millions d’utilisateurs. Facile quand on part de Gmail me direz-vous… Mais la grand question, c’est “Est-ce que Buzz va tuer Twitter ?”

Et la j’aurais beaucoup de mal à répondre. Tout simplement parce que, selon moi, ce qui a fait la force de Twitter (en grande partie) c’est son API. Son API qui a permis aux développeur du monde entier de multiplier les outils pour intéragir avec Twitter. Aujourd’hui Buzz n’a pas encore lancé la partie la plus intéressante de son API : la connexion + lecteur/écriture. C’est ca qui permettra de se connecter de son mobile via une application spécialisée par ex. Lorsque Google aura intégrer Buzz a son moteur de recherche, aura créer l’équivalent des thèmes qui buzz de Twitter. Alors on aura un concurrent avec 145 millions d’utilisateurs contre le petit Twitter…

Alors pensez-vous que Twitter laissera sa place à Buzz ? Gtalk n’a pas tué MSN, Buzz tuera-t-il Twitter (dans un domaine ou il n’y a pas vraiment de place pour 3) ?

Nexus One : il est arrivé

Comme promis, il est arrivé… le beau, le grand, le vrai : le Google Phone ou Nexus One.

Une carrosserie signée HTC et un système Android. Voici la vidéo de lancement de la bête. La question qui nous vient tout de suite à l’esprit est : l’iPhone-killer est-il la devant nos yeux ? Pas tout de suite pour l’Europe en tout cas, seuls les USA, Hong Kong, Singapour et le Royaume-Uni peuvent se le procurer pour la modique somme de 529$ sans abonnement (ou avec abo T-mobile pour 180$).

Les spécifications du Nexus One :

Ecran : 3.7″ – 800×480AMOLED
Type : Tactile – Multitouch
Processeur : 1Ghz Qualcomm QSD 8250
OS : Android 2.1Clavier : non
APN : 5megapixel
Options : Autofocus, zoom 2x, Flash LED,
Camera : vidéos 720×480 en 20 images/sec
Multimédia : Lecture Musique et Video
Connexions : 3G+ (HSDPA & HSUPA) – Wifi (b,g,n) – Bluetooth 2.1 + EDR (profil A2DP)
Mémoire : Jusqu’à 32go de mémoire (dont 512mo embarquée) founit avec une 4Go SDHC
GPS : oui
Dimension : 119 x 59.8 x 11.5 mm
Poid : 130 g
Batterie : 1400 mAh soit 10h d’autonomie en appel, 290 heures en veille (en 2G)
Autre : Extension SD card, Prise Jack 3.5mm, quadri-bande, boussole, accéléromètre, mini-usb

Spécifications techniques des futurs netbooks sous Google Chrome OS

Quelques fuites à propos des spécifications techniques des futurs netbooks qui embarqueront le système d’exploitation de Google : Chrome OS.

En effet, bien qu’elles ne soient pas encore officielles et donc toujours au stades de rumeurs, voici les spécifications des netbooks :

  • plateforme : Nvidia Tegra platform with an ARM CPU
  • écran : 10.1″ multi-touch supportant la HD
  • disque dur : 64GB SSD
  • ram : 2GB of RAM
  • Wifi, Bluetooth, webcam
  • sortie : vacances d’été 2010
  • prix : 300$

Les netbooks seraient vendus sur un site de Google, ou peut-être même, en bundle avec un forfait 3G chez un opérateur.

Pour l’instant on n’en sait pas plus, mais si ces spécifications sont correctes, ce sera une bonne nouvelle. Reste à attendre, on devrait avoir plus d’infos sur le trimestre qui vient.

En attendant, si vous voulez revoir la démonstration de Google Chrome OS en vidéo.

Invitations Google Wave

Google Wave, le renouveau du messenger par Google est arrivée, mais reste en beta privée.

google_wave

Wave, c’est une nouvelle facon de voir la discussion en ligne. A la foix Instant Messenger et Espace collaboratif, les waves permettent de discuter librement à plusieurs, de partager sons, vidéos et de travailler ensemble. Vous pouvez à tout instant ajouter un media dans une conversation, écrire n’importe ou dans celle-ci, inviter quelqu-un qui pourra relire toute la conversation depuis de le début… Quelques bugs encore et surtout assez lent, le potentiel de Wave est énorme mais pour le moment assez difficile a exploiter.

Cependant si vous souhaitez le tester, il vous faudra une invitation. J’en ai 8 à distribuer.

Pour en obtenir une, il suffit de re-tweeter ce post, soit en cliquant sur le bouton retweet en bas du post, soit en cliquant ici : RT @antoineb Invitations Google Wave

Le meilleur de Vlogee #8

Je fais ici une petite revue de presse à propos de mon second blog, Vlogee afin de vous le faire découvrir à travers ses meilleurs articles.
Je rappelle que Vlogee est un vidéo blog dont la ligne éditorial est ouverte à beaucoup de domaines, du high-tech en passant par le marketing, l’humour & l’insolite, le cinéma & la tv, et même, de temps en temps, le design et l’art.

Quand les gros rachètent les petits

Quelques acquisitions cette semaine, des acquisitions de taille d’ailleurs  ! Quand les gros rachètent les petits…

Deux acquisitions pour Google. Oui le géant a encore frappé et pas des moindre cette fois-ci :

Rachat de Gizmo5

gizmo5logo

Google vient d’acquérir Gizmo5, une start-up concevant des logiciels de VoIP pour mobile et ordinateur. Une acquisition qui vient compléter l’offre Google Voice.

Pour rappel, cette dernière permet à chacun (USA seulement) d’obtenir un numéro Google unique qui redirige les communications vers votre mobile, fixe, bureau… jusqu’a 6 téléphones différents. Retranscription des appels en texte, répondeur paramétrable, appel en VoIP à des tarifs avantageux…

L’intérêt du rachat est simple : combler le trou qui subsistait entre votre appel et le numéro de Google. En gros, pour passer des appels à tarif préférentiels par la VoIP, vous deviez téléphoner à un numéro Google Voice qui vous redirigeais ensuite vers votre contact. 2 parties restaient sous forme téléphonique classique (et donc non-VoIP), entre votre mobile et Google Voice (ce que vous payez votre opérateur téléphonique à tarif local) et de Google Voice à votre contact (ce que vous payer à Google en tarif avantageux). Gizmo5 vient combler la première.

Rachat d’Admob

admob_logo

C’est très certainement la plus grosse acquisition de Google depuis Youtube ! Google vient de racheter pour 750 millions de dollars en actions, son principal concurrent pour la publicité pour mobile. En effet Admob était spécialisé dans les bandeaux publicitaires pour applications mobiles. Tout ceux qui ont un iPhone et qui téléchargent souvent des applications gratuites, ont du souvent tombé sur des applications sponsorisées par la pub comprenant un bandeau publicitaire. Et bien, celui-ci était géré par Admob.

Google va donc faire du mobile sa prochaine vache à lait. Diversification des revenus… Quand on pense que l’internet mobile et les applications sur mobiles vont grossir de facon exponentielle… on peut dire que Google va pouvoir se frotter les mains et cela ne m’étonnerait pas que les revenus mobiles deviennent la 2e source de revenus de Google (95% de revenus proviennent de la publicité).

Rachat de Playfish par EA

playfish_blue

Enfin on continue avec Electronic Arts qui vient de racheter Playfish pour 275 millions de dollars en cash et 25 millions en capitaux, sans compter les 100 millions de plus que Playfish pourrait recevoir si les résultats se portent bien. EA rentre donc dans le monde des “social games” qui lui, marche plutôt bien (EA va licencier 1500 personnes).

Playfish est le 2e plus gros pourvoyeur de jeux sur les réseaux sociaux comme Facebook après Zynga, son principal concurrent. Le business model de la société est simple : des jeux comportant des parties payantes et des jeux proposant des “virtuals goods” qu’il est nécessaire d’acquérir pour augmenter son expérience de jeux et évoluer. Bien que le modèle soit souvent décrié (comme chez Techcrunch), il n’est pas prêt de mourir et c’est une bonne idée d’EA d’investir dans un modèle jeune et qui risquent bien de grossir encore quelques années.

Quand on est riche on devient de plus en plus riche, quand on est petit et pas très riches mais qu’on bosse bien, on se fait racheter.